Partenaires sociaux

Pour prévenir, agir et lutter contre les agissements sexistes et les faits de harcèlement sexuel au travail, la Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel oblige à désigner un à deux référents par entreprise et agit par la formation des inspecteurs et médecins du travail. Un référent, élu du personnel, sera désigné dans les Comités sociaux et économiques (CSE) de toutes les entreprises. Les entreprises de 250 salariés ou plus doivent en plus nommer référent sur le sujet pour réaliser des actions de sensibilisation et de formation , mettre en œuvre les procédures internes de signalement et de traitement des situations de harcèlement sexuel.Guide Harcèlement sexuel et agissements sexistes au travail : prévenir, agir, sanctionner

Préparer les négociations

Pour les entreprises de plus de 200 salarié-es, une commission égalité au sein du CE est obligatoire.

Dans le cadre de l’accord sur l’égalité, vous devrez travailler notamment sur les conditions d’accès à l’emploi, à la formation professionnelle et à la promotion professionnelle, les conditions de travail et d’emploi, et l’articulation entre la vie professionnelles et les responsabilités familiales.
La construction de l’égalité entre les femmes et les hommes ne se décrète pas, elle se construit sur des enjeux identifiés, des actions concrètes, et s’inscrit dans une politique concertée et volontariste.​​
Pour faciliter les négociations et rendre cohérentes vos actions globales, nous vous proposons de travailler ensemble à la définition d’un projet concerté.

Proposer un projet d’entreprise

Restaurer le sens et proposer des projets fédérateurs

Lutter contre les risques psychosociaux​ et améliorer les conditions de travail

​Favoriser le dialogue social et dynamiser l’image interne

Agir sur l’articulation des temps de vie : une avancée bénéfique pour toutes et tous